KARIKATORIAL

KARIKATORIAL
Tanitim

lundi 16 février 2015

"Su banyosu yerine, göz banyosunu tercih ederiz yani "..
(1993).
Bu çizgiyi ,17 yillik aradan sonra geldigim Istanbul'da çay bahçesinde çizmistim..
Insanlari gelen geçenleri izliyordum..
O zamanlar yanimda fotograf makinesi yoktu ama böylesi bir ani da yakalayinca kalemsöre bastim...
O zaman belki bakmakla yetiniyorlardi bu sapiklar ..
simdi ise sokak ortasinda tecavüz ediyorlar resmen ...
çizgimin altinada su notu düsmüsüm ;
" Toplum olarak hyjien açisindan pek temiz oldugumuz söylenemez fakat su banyosu yerine, göz banyosunu tercih ederiz yani " !..


AYRIMCILIGA SIDDETE TECAVÜZE DUR DE !..


dimanche 15 février 2015

R.I.P..



Aujourd’hui toute la Turquie se réveille sous le choc et en colère.Özgecan Aslan, une étudiante de 20 ans, a pris un minibus pour rentrer chez elle a Mersin, après les cours.

Le conducteur et deux acolytes l’ont violée, poignardée et brûlée, avant de la jeter près d’un lac. Les coupables ont été arrêtés, mais que va t-il se passer ensuite ? Combien de femmes encore victimes du système ultra patriarcal défendu par l’AKP en Turquie ?
Ces chiffres traduisent la “normalité” de ces violences dans l’esprit des femmes et de leur entourage, et cette normalité est entretenue par le pouvoir en place. On notera les déclarations du président Erdogan, qui affirment que les femmes “ne peuvent naturellement pas être l’égal de l’homme” et que “l’islam a défini une place pour les femmes : la maternité”.
Dans ce cadre, il est donc difficile de défendre les femmes face à tant d’obscurantisme, et face à des dirigeants qui encouragent la société à rester dans un modèle patriarcal qui blâme les victimes. On peut citer les déclarations du vice premier ministre disant qu’“une femme doit conserver une droiture morale et ne pas rire fort en public” et “L’homme doit être moral, la femme aussi, elle doit savoir ce qui est décent et ce qui ne l’est pas”. Malheureusement, cette prise de position n’a comme conséquences que de blâmer les victimes, et de considérer les femmes comme des objets suscitant à tort le désir de l’homme, et non comme des humains à part entière. Les femmes sont à leur yeux des objets qu’on peut exposer ou cacher à sa convenance. .."